Cycle en V : le guide complet pour apprendre à mieux gérer vos projets

Le guide complet du cycle en V

Sommaire

Sommaire

Toute entreprise, qu’elle soit digitalisée ou non, en remote ou sur site, doit adopter une gestion de projet efficiente pour gagner en productivité et en rentabilité. Et pourtant, combien d’entreprises ont réellement pris conscience de cette nécessité ? Une étude Wrike révèle ainsi que 66 % des employés se disent insatisfaits du processus de gestion de projets de leur entreprise. Il faut agir ! Mais comment choisir la bonne méthode pour votre société et comment intégrer cette toute nouvelle organisation sans accroc ? Car faire de mauvais choix dans l’un de ces aspects pourrait entraîner de lourdes conséquences (problème de livraison, mauvaise ambiance au travail…). Proinfluent vous accompagne en commençant par vous présenter le cycle en V. Vous souhaitez savoir si cette méthode de management tout autant classique qu’incontournable peut répondre à vos besoins ? Lisez sans plus tarder cet article !

Cycle en V : le guide complet pour apprendre à mieux gérer vos projets

Qu’est-ce que le cycle en V ?

Définition

La méthode du « Cycle en V » provient initialement du secteur industriel, puis s’est largement répandue aux projets informatiques dans les années 80. Mais son succès va bien au-delà ! Car aujourd’hui, il s’agit du modèle de management par excellence, celui que l’on enseigne majoritairement au sein des établissements scolaires. Aujourd’hui, on oppose ce modèle aux méthodes dites « agiles », de plus en plus plébiscitées. Mais nous reviendrons en détail sur les différences entre cycle en V et méthode agile par la suite !

Le cycle en V, ou V model en anglais, est une méthode de gestion de projets en deux phases, une pour chaque branche du V. On retrouve ainsi une phase descendante, du besoin exprimé par le client jusqu’à la réalisation du produit, et une phase ascendante, du produit fini à la vérification de sa qualité. Mais les deux branches du V communiquent et interagissent également entre elles. Ainsi, chaque phase de production correspond à une phase de vérification, de validation. Ce jeu de renvoi veille à la qualité du produit fini pour une satisfaction client assurée.

Définition du cycle en V

Les 9 étapes du cycle en V

Si le cycle en V se découpe en deux phases (conception et validation), ces dernières sont subdivisées en 9 étapes. Les voici :

La Conception

  • Analyse du besoin : recueil des besoins du client (produit souhaité, budget disponible…). Cette étape peut aussi faire l’objet d’une étude de faisabilité ;
  • Spécifications : rédaction d’un cahier des charges fonctionnel (CDCF) à partir des spécifications fonctionnelles du produit. Il s’agit d’un document résumant les objectifs du projet, les parties prenantes, les contraintes techniques, les attentes… Cette étape peut s’appuyer sur une analyse SWOT pour un diagnostic externe et interne complet de l’entreprise ;
  • Conception générale (aussi appelée conception architecturale ou conception préliminaire) : liste des moyens nécessaires à la réalisation du projet. Cette étape permet d’appréhender les besoins techniques et financiers pour la réalisation du projet. Si l’entreprise repère un point de blocage à cette étape, elle peut, en accord avec le client, revoir le cahier des charges ;
  • Conception détaillée : détail des composants (étapes) indispensables à la création du produit.
  • Mise en œuvre (aussi appelée réalisation ou intégration système) : création et assemblage de tous les composants pour réaliser le produit final.

La validation

  • Tests unitaires : vérification du bon fonctionnement et de la conformité au cahier des charges de chaque composant ;
  • Test d’intégration : vérification du fonctionnement du produit fini, une fois tous les composants assemblés ;
  • Tests système (aussi appelés tests de validation) : mise en situation réelle pour vérifier la conformité du produit au cahier des charges et aux spécifications du produit ;
  • Test d’acceptation (aussi appelé recette fonctionnelle) : validation du produit par rapport aux besoins exprimés par le client lors de l’étape 1. Cette validation peut soit être faite auprès d’un organisme de validation constitué d’experts, soit directement par le client.

Avantages et inconvénients du cycle en V

Avantages

De véritables opportunités s’offrent aux entreprises qui utilisent le cycle en V afin de façonner leur gestion de projets. Et pour cause, nombreux sont les avantages qu’offre aujourd’hui la méthode :

  • Simple à mettre en place : le cycle en V requiert moins de formation des collaborateurs qu’une méthode Scrum (méthode agile de gestion de projets qui demande de découper et d’organiser toutes les tâches) ;
  • Amélioration de la productivité : les échanges avec le client en amont du projet et l’élaboration d’un cahier des charges permettent aux parties prenantes d’avoir toutes les informations nécessaires en leur possession. De plus, chaque membre de l’équipe sait exactement quel est son rôle et ce qu’il a à faire ;
  • Gain de temps : un pilotant un projet d’un seul bloc, on évite ainsi les réunions quotidiennes et les retours en arrière incessants pour redéfinir les spécifications initiales. Pour le cycle en V, seules les réunions de pilotage actant le passage d’une étape à une autre sont nécessaires. De plus, cette planification presque militaire réduit au maximum les temps morts et permet de respecter une certaine cadence de production. Enfin, la documentation exhaustive, créée lors de la phase descendante, permet de régler une bonne partie des problèmes rencontrés lors de la phase ascendante. Cela réduit considérablement les demandes de retouche à la livraison ;
  • Gain d’argent : le processus transparent de l’ensemble du cycle de vie du projet permet de définir une enveloppe budgétaire dès l’étape de conception générale. Peu de surprises sont à prévoir ;
  • Amélioration de la qualité du produit livré : toute la phase descendante de conception du projet, couplée à la phase ascendante de vérification via des tests, permet d’assurer la qualité du produit final. Et pour cause, la valeur est mesurable grâce à des critères précis. Cela permet également de limiter les risques et les problèmes rencontrés lors de la réalisation.
Découvrez les avantages du cycle en V !

Inconvénients

Ce modèle classique de gestion de projets n’est cependant pas sans risque. Et pour cause, le cycle en V présente quelques inconvénients qui peuvent pousser les entreprises à adopter d’autres méthodes de management.

  • Manque de souplesse : le cycle en V est assez rigide, ce qui laisse peu de place à l’imprévu. Ainsi, il est parfois compliqué de rebondir lorsque les équipes rencontrent, malgré les estimations, un problème. De même, le cycle en V est souvent utilisé pour des projets assez importants. Autrement dit, le temps qui sépare l’expression du besoin de la recette du produit final est parfois long, si ce n’est très long. Sauf qu’entre-temps le marché évolue, le contexte économique change. Il est donc possible que le produit ne réponde plus aux attentes des clients. En bref, il tolère mal les changements en raison de l’effet « tunnel ». Toutefois, il est possible de limiter ce risque en réalisant une analyse PESTEL en amont du projet ;
  • Manque de communication : chaque membre de l’équipe a un rôle bien défini et s’appuie sur la documentation lorsqu’il rencontre un problème. Résultat, la communication entre les différents membres de l’équipe est quasi inexistante ;
  • Mise en place fastidieuse : anticiper dès le début l’ensemble des besoins et des spécifications nécessaires en rédigeant différents documents représente un travail assez fastidieux, on ne va pas vous le cacher.
Découvrez les inconvénients du cycle en V !

Quand choisir le cycle en V pour sa gestion de projets ?

Est-ce que le cycle en V s’adapte à tous les types de projets et tous les types d’entreprise ? La réponse est NON ! Cependant, il apporte énormément de valeur aux structures multisites ou en remote. Autrement dit, les sociétés pour lesquelles les employés sont répartis dans les quatre coins de la France ou du monde. Pourquoi ? Car le cycle en V ne nécessite aucune réunion quotidienne, comme cela peut être le cas avec d’autres méthodes. Les seules réunions de pilotage actant le passage d’une phase à l’autre et pouvant être réalisées à distance permettent donc une organisation géographique éclatée.

Cette méthode de gestion reste également une solution pertinente lors des projets lancés en réponse à un appel d’offres. Cela vaut aussi pour les projets qui répondent à des exigences qualités définies en amont, comme l’éligibilité d’une formation au Qualiopi. Et pour cause, dans ce cas précis, les clients font part de leurs besoins dès le début et de manière très précise. Vous avez l’habitude de travailler avec des clients changeants dont les besoins évoluent systématiquement au cours d’un projet ? Abandonnez définitivement la méthode cycle en V, bien trop rigide pour cette organisation !

Autre critère à prendre en compte avant de vous lancer : l’intemporalité du projet. Assurez-vous que le projet ne risque pas de souffrir d’un décalage technologique et économique entre la première et la dernière étape du cycle en V !

Agile, la méthode de gestion de projet alternative

Cycle en V vs. Agile

La principale différence entre cycle en V et méthode agile repose sur les notions d’adaptabilité et de flexibilité face aux changements. Et cela, en raison de l’organisation et de la vision du projet qui diffèrent totalement.

Avec le cycle en V, vous placez le projet au centre adoptant ainsi une vision d’ensemble dès le commencement. Tout est alors géré d’un seul bloc, de l’expression des besoins du client à la livraison du produit fini.

Avec l’agile, vous placez le produit au centre. Le projet n’est plus vu dans sa globalité, mais par composants. Autrement dit, vous divisez le projet en itérations, en sprint. Des livraisons sont alors faites à chaque fin de cycle itératif au client afin qu’il puisse donner son avis et vérifier que tout corresponde bien à ses attentes. En bref, tout n’est pas figé dans le marbre, et le projet est affiné à mesure des problèmes rencontrés et des évolutions du marché. Cela évite alors toute prise de risque trop importante, comme lors d’une livraison à la fin du projet. Vous vous rendez compte que vous allez droit dans le mur ? Corrigez ou arrêtez le projet quand bon vous semble !

Quelle est la différence entre cycle en V et méthode agile ?

L’autre grosse différence entre le cycle en V et l’agile reste l’écoute et la compréhension. En effet, dans le cadre d’une gestion agile, les réunions sont bien plus fréquentes qu’en cycle en V. À la suite de ces séances, un rapport est envoyé au dirigeant qui en prend connaissance et en informe le client. Autrement dit, il y a un véritable échange entre les différentes parties prenantes, ce qui n’est pas forcément le cas avec le cycle en V. Mais pour que cela fonctionne, il faut que tous les membres du projet jouent le jeu.

Avantages de l’approche agile

Le premier avantage des méthodes agile est la flexibilité qu’elle apporte dans la gestion des projets d’une entreprise. Les cycles courts entre production et validation client offrent un meilleur contrôle sur le produit final. En tant que dirigeant, cela vous permet de livrer plus vite, car de manière itérative. Autrement dit, vous atteignez votre point de rentabilité pendant la phase de développement du projet, et non pas à la fin.

Le second avantage est une meilleure maitrise des risques. Les méthodes agiles donnent dès le début, des informations si le produit fonctionne ou non. Ainsi, vous ne perdez ni du temps, ni de l’énergie, ni de l’argent dans un projet voué à l’échec.

Et le troisième avantage est un gain de productivité encouragé par un état d’esprit « agile » qui a un impact positif sur l’ensemble des membres d’une équipe. En effet, l’agilité influe favorablement sur le bien-être des employés. Non seulement ils se sentent considérés, mais on leur laisse également davantage de responsabilités. Pour votre pôle ressources humaines, cela permet de fidéliser vos employés et d’éviter le turn-over. Et pour cause, vos collaborateurs se sentent écoutés et nécessaires dans le bon développement du projet. De plus, ils évoluent dans une entreprise où la communication est de mise, et cela n’a pas de prix.

Le cycle en V, en conclusion

Le cycle en V est une méthode de gestion de projets classique, efficace et facile à mettre en œuvre. Vous souhaitez savoir si cette méthode est faite pour vous ? Faisons le point !

  • Le cycle en V est composé de deux phases (descendante et ascendante) et de 9 étapes.
  • Cette méthode de gestion de projets présente de nombreux avantages (simple à mettre en place, amélioration de la productivité, gain de temps et d’argent, amélioration de la qualité du produit final).
  • Mais elle présente aussi quelques inconvénients tels qu’un manque de souplesse et de communication. La mise en place de toute la partie documentation est également assez fastidieuse.
  • De ce fait, le cycle en V s’adapte tout particulièrement aux structures multisites, aux projets résultant d’un appel d’offres et aux projets intemporels.
  • Si la méthode en V ne vous convient pas pour la gestion de vos projets, vous pouvez toujours opter pour les méthodes dites agiles.

Cycle en V, pour résumer en 4 questions

Qu'est-ce que le cycle en V ?

Le cycle en V, ou V model en anglais, est une méthode de gestion de projets en deux phases, une pour chaque branche du V. On retrouve ainsi une phase descendante, du besoin exprimé par le client jusqu’à la réalisation du produit, et une phase ascendante, du produit fini à la vérification de sa qualité.

À quoi sert le cycle en V ?

Le cycle en V est une méthode de gestion de projets qui permet d’améliorer la productivité des équipes en cadrant bien le projet dès le début de la mission. Cette méthode de travail permet également de gagner du temps en définissant un calendrier de production clair et des rôles à chaque membre de l’équipe projet.

Le cycle est V est-il une méthode dite agile ?

Le cycle en V s’oppose aux méthodes dites agiles. Alors que le cycle en V est une gestion de projets, l’agilité est une gestion de produits. Ainsi, si un projet est géré dans sa globalité pour le cycle en V, il est géré par itérations avec la méthode agile.

Quelle est la différence entre le cycle en V et la méthode en cascade ?

Le cycle en V est un dérivé de la méthode en cascade. Ainsi, si la méthode en cascade ne permet pas de retour aux étapes précédentes, le cycle en V rend possible les retours en arrière grâce à la communication entre les deux phases. Le cycle en V offre donc un peu plus de souplesse que la méthode en cascade.

Vous avez trouvé une faute d’orthographe dans cet article ? Vous pouvez nous en faire part en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Vous aimez cet article ? Aidez-moi en le partageant !

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur email
Yannick Bouissière Expert LinkedIn

Qui est Yannick BOUISSIERE ?

Considéré comme l’expert LinkedIn™ n°1 en francophonie, j’ai aidé plus de 10 000 personnes à améliorer leur visibilité sur LinkedIn™ et à générer de réelles opportunités professionnelles.

J'accompagne et forme :
1. les professionnels à attirer et trouver des clients B2B sur les 5 prochaines années sans débourser un centime en publicité,
2. les professionnels à métamorphoser leur profil LinkedIn™ pour qu'il convertisse les visiteurs en prospects,
3. les professionnels à trouver l'emploi de leur rêve.

Enfin, nous vous aidons à vous libérer de 97% du temps de prospection commerciale BtoB grâce à la prospection commerciale externalisée. Et ce, pour moins d’1€ ou $ par personne cible contactée avec une Triple Garantie 100% Résultats.

Voici nos formations LinkedIn™ et nos services de prospection & marketing BtoB.

Si vous découvrez ce site pour la première fois, suivez notre formation LinkedIn gratuite.

Bonne lecture !

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :